mercredi 26 août 2015

Bref, j'ai été initiée au Reïki (Premier Degré)

Source
Il y a de cela cinq jours je me suis offert un beau cadeau, un de ceux qui durent toute la vie : une initiation au Ier Degré de reïki USUI, et sûrement pas le dernier ;) 

Je vous en avais parlé très brièvement dans un article, j'ai découvert cette technique énergétique il y a déjà plusieurs mois et elle ne m'a jamais quittée. Après avoir bénéficié de plusieurs soins qui me laissaient à chaque fois relaxée et comme regonflée à bloc, j'ai eu envie d'aller plus loin et de pouvoir moi aussi imposer mes mains. Ni secte religieuse, ni médecine à proprement parler, le Reïki est un soin holistique (= global, qui prend en compte non seulement les symptômes d'un mal-être, mais aussi et surtout ses causes profondes) qui utilise l'énergie universelle de vie qui nous entoure pour combler nos manques. Car oui, TOUT est énergie : les plantes, la nourriture, chaque particule qui  nous compose...

Le Jour J !

En ce mardi d'Août nous sommes donc quatre dans le dojo, assis au sol sur des coussins : Guillaume qui sera mon enseignant (un ancien maçon. Où l'on voit que le reïki n'est pas réservé à une certaine élite de grano-hippies éthérés), deux accompagnatrices formées au Ier degré et puis moi, impatiente d'accéder enfin au Cercle des initiés (lol). Deux autres jeunes femmes II et III ème degré nous rejoindront dans l'après-midi. Nous discutons tous ensemble autour d'un bol de thé sur Qu'est-ce que le reïki, ce qu'il peut nous apporter et ce qu'il a changé dans la vie de mes deux accompagnatrices... Elles sont d'accord sur une chose ; ce n'est que du bonheur ! (et je veux bien le croire)

Ce que j'adore, c'est apprendre comment toutes ces personnes en sont arrivées là. Ecouter les expériences de chacun, et s'émerveiller. Un maçon qui devient masseur et découvre le reïki dans la foulée, grâce à une petite annonce. Qui initie à son tour une jeune femme aux techniques de massages, puis lui parle du reïki. D'autres qui changent de vie pour se mettre à leur compte... Ça me fait rêver, les hasards (ou pas...) de la vie.

L'initiation

Elle se déroule en quatre rituels de transmissions, permettant à l'élève de canaliser l'énergie Reïki. A chaque fois, je ressens la même chose : une forte chaleur sur ma peau, des picotements dans les mains et parfois dans les jambes, mais surtout... une immense sensation de vide et de légèreté, comme si mon corps pouvait flotter (sérieux). Non pas un "vide" qui demande à être comblé, juste une grande sérénité, comme si j'étais "complète". Difficile à expliquer, d'ailleurs j'ai toujours du mal à répondre lorsqu'on me demande mon ressenti, que ce soit après un massage ou cette initiation. J'ai envie de répondre Laissez-moi ressentir, arrêtez de me poser des questions ! >_<

C'est un peu pour ça que j'ai eu envie d'écrire cet article, pour me souvenir mais aussi me forcer à mettre en mots ces sentiments.


Je reçois aussi plusieurs soins de la part de Guillaume, Christine et Jocelyne, je nage en plein bonheur ahah. Avec l'impression de planer complètement. C'est tellement étrange cette chaleur au dessus de mon front, alors même qu'il n'a pas encore posé ses mains... J'imagine des rayons de lumière sortir de sa paume, c'est drôle. Il n'y a qu'à voir la beauté et la fraîcheur des orchidées de la pièce pour se convaincre que de bonnes ondes circulent par ici ! 

Pendant un soin complet je me sens partir, sans être complètement endormie. Entre deux mondes, quoi. De temps en temps je sens ma main et ma jambe avoir des spasmes, sans doute l'énergie qui circule.

Bien sûr, j'apprends moi aussi à poser mes mains et m'entraîne à faire des soins sur mes trois cobayes. Au début ce n'est pas évident j'avoue, j'ai peur de "mal faire", de trop appuyer ou pas assez... Dans notre société, où "toucher" le corps n'est pas un acte spontané, je n'ose pas trop mais ça va mieux ensuite.

Post-stage : l'auto-traitement 

Durant 21 jours, il est fortement conseillé de pratiquer sur soi l'auto-traitement. Commencer par soi, se soigner avant d'aider les autres, c'est la clé. Poser ses mains, respirer et ressentir l'énergie qui nous traverse. Si j'ai pu trouver ça contraignant au début satanée flemme, sors de ce corps...!, le bien-être est si total que je pourrais rester comme ça toute la journée. J'ai aussi le sentiment que chaque chose "appelle mes mains" : les plantes, la nourriture, toucher des parties de mon corps dès que j'ai les mains libres...

Parfois au contraire, mon cerveau cartésien reprends ses droits et les doutes m'habitent... Et si j'avais rêvé ? Et si tout ça n'existait pas, cette énergie, ce fourmillement dans les doigts ? Ce qui est certain, c'est que le reïki me fait me poser beaucoup de questions, m'oblige à chercher au delà des apparences et je dois dire que ça me plaît.

*****

dimanche 23 août 2015

La chanson du dimanche

Je vous prépare pour très bientôt un article sur mon initiation au reïki Ier degré, et mon ressenti sur cette expérience fabuleuse. En attendant, une artiste que j'ai découverte il n'y a pas longtemps et une chanson qui me met de bonne humeur, ce qui n'est pas superflu en ce dimanche pluvieux ;)

Montez le son, c'est cadeau ! 

Nina Simone - Ain't got no, I got life


jeudi 13 août 2015

Chasse aux myrtilles en terre bretonne

COUCOU !

Il y a quelques semaines je suis allée cueillir des myrtilles à la ferme, un truc que j'ai toujours voulu faire. Oui il m'en faut peu... huhu. 

Après un petit coup de fil au propriétaire, ni une ni deux nous voilà sur place. Comble de la chance il fait un temps magnifique ! Ici on nous donne un plateau en bois avec des barquettes, et on se dirige vers les champs pour la cueillette. Ça me rappelle trop le Wwoofing, quand je cueillais et empaquetais les framboises pour la coopérative bio. Super souvenir, quand j'y repense ! 

Cueillir les fruits minutieusement - bien qu'au contraire des framboises, elles ne s'écrasent pas au moindre contact des doigts - et voir les barquettes se remplir, c'est très agréable. Rien de mieux que le contact avec la nature (cliché BONJOUR ! Mais tellement vrai...) pour se vider la tête et vivre le moment présent, très "pleine-conscience" quoi ;) Bon bien sûr, en plein travail je n'ai pas pu m'empêcher de prendre quelques photos.

Croyez-le ou non, c'est la première fois que je goûtais une de ces petites baies bleues et sucrées. Ayant à l'esprit le goût du cassis, je m'attendais à une saveur plutôt acide mais j'ai été agréablement surprise, c'est très doux. Et quand on la regarde de près, c'est marrant de s'apercevoir que la myrtille porte sur sa tête le reste de sa fleur, qui lui fait comme une petite collerette (je l'ai imaginée portant une robe à col, pfff)


vendredi 7 août 2015

La maison de vacances.

Elle se tient là, toute en longueur avec ses murs de pierres et ses volets rouges. En face d'un champ où broutent paisiblement des vaches et passent quelques tracteurs pétaradant. Elle, c'est la maison de vacances, la maison de Bretagne. Elle a connu plusieurs générations : ma maman, la maman de ma maman et d'autres mamans de mamans... Ça en fait des mamans - et des papas - !

Autrefois surnommé la Maison Hantée (à cause d'un phénomène étrange qui m'est arrivé, entre rêve et réalité) et boudée par nous, les enfants. Surtout l'hiver. Parce qu'il fait froid, parce que son odeur de maison-qui-n'a-pas-été-aérée-depuis-plusieurs-mois, parce que Y'a plus d'eau chaude pour la douche kicékatoupri ?? Et parce que Mamaan on s'ennuiiie on rentre bientôt ?! Ici pas d'Internet, dernier repaire encore épargné par le wifi... Pourtant, un bon livre devant le feu de cheminée et tout est oublié.

En ce moment c'est l'été, la maison se réveille. On est bien là, à profiter d'une longue pause au fond du jardin. Les prunes bonnes à ramasser qui finiront en tartes et le marché bio du mardi, les balades à vélo dans les jolis chemins et les repas sur la terrasse, les incontournables visites de Saint-Malo intra-murros et les belles soirées d'été.

Maintenant je peux bien l'avouer : je l'aime bien cette maison, avec ses airs de vieille bâtisse grincheuse qu'il faut apprivoiser. J'aime qu'elle nous oblige à prendre le temps, à vivre à l'heure de la campagne. Quand ma maman me racontes de vieilles histoires des environs : "Autrefois la mer venait jusqu'ici ! Regarde ces morceaux de coquillages. Quand j'étais petite on appelait ce cheminn le marais, et là habitait le maire du village. Tu as vu ce lavoir, les femmes se retrouvaient ici pour papoter et laver leur linge."

Surtout, j'y dors comme un bébé et ça ça n'a pas de prix. Peut-être ses lits à l'ancienne, avec les traditionnels draps-couverture-édredon (comment est-on passé de ça à une simple couette ?! ^^) ou bien l'air de la campagne et son calme absolu, mais ça fait tellement de bien de se lever totalement reposé !

Et vous, vous avez un endroit comme ça ? Une vieille maison de famille ? 

dimanche 2 août 2015

OBP #5 : camoufler, oui, mais avec naturel ! [fond de teint minéral Lily Lolo]

Me revoici pour le cinquième et dernier article Objectif Belle Peau ! Oui je suis trèès en retard... ahem.

Cette fois-ci je voulais vous parler de mon super fond de teint minéral Lily Lolo. Cette marque anglaise de cosmétiques propose des produits de qualité vegan 'cruelty-free' et vraiment naturels. Cherchant un fond de teint minéral depuis un moment, et ayant lu énormément de revues positives sur ceux de la marque, j'ai craqué sur ce fabuleux produit. Bien sûr il est 100% naturel, non comédogène et convient particulièrement aux peaux acnéiques. Voyons ce que la bête a dans le ventre :

Ingrédients : Mica (Cl 77019), Oxyde de zinc (Cl 77497), Dioxyde de titane (Cl 77891), Oxyde de fer (Cl 47791, 77492, 77499)

Ne faites pas comme moi : je n'avais pas remarqué qu'on pouvait boucher les trous en tournant la petite capsule plastique. Résultat, de la poudre partout !

Parce que le fond de teint bien épais qui, certes, cache les imperfections mais étouffe la peau et te fait ressembler à une statue plâtrée, merci mais non merci. Je voulais quelque chose de naturel et d'unifiant, floutant juste ce qu'il faut. Pour ma peau claire à tendance rosée, j'ai donc choisi la teinte Candy Cane à l'aide de ce tableau. L'article explique d'ailleurs comment l'utiliser, le minéral ne s'appliquant pas de la même manière qu'un fluide ou un compact.

Les résultats sur ma peau :

Faut que je vous dise, j'ai la (très, trèès) mauvaise habitude de toucher mes boutons. Lorsque j'applique cette poudre minérale, le fait de voir mon teint lisse et unifiée m'empêche de céder à cette affreuse manie. Je la laisse tranquille et elle me le vaut bien.

Composé exclusivement de terres minérales, celles-ci permettent de l'assainir considérablement (en particulier l'oxyde de zinc).

Après une semaine d'utilisation, je trouve ma peau plus saine et plus uniforme. Alors non, il ne faut pas se mentir, le Lily Lolo ne fait pas de miracles. Mais il contribue à embellir ma peau et ça c'est déjà pas mal ! Seul impératif, bien l'hydrater pour un meilleur résultat.

En conclusion

Je suis totalement conquise par ce produit, faisant office de soin autant que de camoufleur d'imperfections (note à moi-même : ne pas négliger le pouvoir du fond de teint sur l'estime de soi).

Seul point négatif : être obligé de le commander sur le net. Eh oui, pas facile de se rendre compte de la teinte quand on ne l'a pas en face de soit. Heureusement le tableau m'a permis de choisir la bonne teinte, qui me convient parfaitement (je vous dis pas comme j'ai flippé de m'être trompée...).

Son prix : autour de 19,50€ les 10g selon les sites.

Et vous, connaissez-vous cette marque ?  Quel autre fond de teint utilisez-vous habituellement ?