dimanche 3 avril 2016

Mon végétarisme, 2 ans après.


Je me rappelle ce jour, lorsque j'ai affirmé à ma mère que je ne mangerai plus de viande. Son air mi-étonné mi-narquois, comme si elle pensait Bah ! ce n'est qu'une lubie passagère. C'est d'ailleurs ce qu'elle disait aux gens lorsque je leur avouais que je ne mangeais plus de chair animal. Même le poisson, oui. Et les remarques du genre Pourtant-tu-adorais-ça-avant. Est-ce qu'on va dire à un ancien fumeur, ooh tu a arrêté ? Mais tu aimais ça avant...!   ??

Deux ans après je n'ai pas changé d'avis, bien au contraire !

J'avais envie de faire le point sur cette démarche, en constatant avec une graaaaande joie que depuis quelques temps, petit à petit, les mentalités changent à ce sujet. Et de m'étonner que quoi que l'on pense, même sans chercher à convaincre du bien-fondé de ce régime alimentaire, les gens que l'on côtoie changent (un peu)(certains complètement !) à notre contact. Où j'ai découvert que la citation de Gandhi Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde s'appliquait véritablement.

Quelques exemples : mon copain ne jure plus que par les protéines de soja texturé et le lait d'avoine alors qu'il ne savait même pas ce que c'est il y a encore six mois, mes parents ont arrêté de vouloir me faire manger de la viande (ouf !), mes amis reconnaissent que la cuisine végétale peut être très appétissante et délicieuse, et ma grand-mère affirme que ça ne la dérangerait pas de manger vegan à temps plein si c'est moi qui faisait la cuisine (et la vaisselle je suppose). 

Je me souviens qu'au début je ne savais pas quoi répondre à cette question fatidique : Mais pourquoi ?! 
Oui j'avais honte, honte (!) d'avouer que c'était pour des raisons éthiques, écologiques et de santé. Je ne me sentais pas légitime pour endosser le rôle de "la végétarienne de service". Lors des repas en société j'avais peur de l'opinion des gens, de passer pour l'enquiquineuse de service et ne pas savoir répondre à leurs questions, d'être incollable. Parce que ne pas 'rentrer dans le moule', ça peut-être fatiguant et inconfortable. Au fond de moi je savais que c'est ce qui me convenait le mieux, sans pouvoir l'expliquer.

J'ai découvert tout plein de p'tites graines fabuleuses
J'ai senti que quelque chose changeait en moi en même temps que mon alimentation, comme si le fait d'arrêter de manger de la chaire animale m'avait rendue plus sensible (truc étrange : moi qui pleurais rarement devant un film triste je me suis mise à le faire) , plus empathique et plus 'réceptive' au monde qui m'entoure. Quand je voyais un animal dans la rue, j'essayais de voir le monde à travers son regard, comme si je me mettais à sa place (bizarre hein ?). 

Mentalement, je me suis sentie tout de suite plus énergique et optimiste, alors que mon corps a semblé s'affiner (enfin c'est ce qu'on me dit, je préfère le croire hihi). Tous ces changements hyper positifs me confortaient dans mon choix, même si une petite voix dans ma tête continuait à semer le doute de temps en temps. Oui mais t'es sûre que c'est pas dangereux ? Et les carences ? Ils ont peut-être raison tous ces gens... Et comment tu feras quand tu auras des enfants ? Leur imposer ce régime par éthique et pour leur bien ? Et si ça les mettait en danger ?

Finalement, deux ans après je suis de plus en plus sûre de mon choix. Je pense toujours que c'est la meilleure décision de ma vie et pour rien au monde je ne reviendrais en arrière. Notre dernier séjour à Londres nous a confirmé que la France était bien en retard à ce niveau-là, quand on a vu combien il était facile, voire normal, d'obtenir un plat vegan dans la capitale britannique, où les plats omni et végé se côtoient sur la carte aussi facilement qu'un steak-frites et où le végétaLisme n'est pas considéré comme une tare d'anorexique maniaco-dépressif.

Tout ça pour dire, ne renoncez pas à devenir ce que vous êtes par peur du regard des autres et de ne pas faire "comme tout le monde", ce serait dommage.






8 commentaires :

  1. Je me reconnais dans ce billet! ça ne fait qu'un an que je suis végétarienne et c'est encore parfois compliqué de le faire admettre aux personnes de mon entourage. J'entends encore des remarques du genre de celles que tu cites... Ne parlons pas des gens qui s'imaginent me rabaisser en me disant "et les carottes, on les entend pas crier, mais..." Ni de la quasi impossibilité de manger au resto pour ne pas me retrouver - encore - devant une assiette de salade verte... Parfois, je suis excédée, mais comme toi je me sens tellement mieux depuis que je ne mange plus de viande!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, ça fait plaisir de se rendre compte que nous vivons la même chose. Ah le "cri de la carotte".. quel végétarien n'a jamais entendu cet argument absurde (et puis soit dit en passant, les omni mangent eux aussi des carottes non ? Ils tuent donc deux fois plus, les animaux mais aussi les légumes ^^). Pour le resto c'est clair, c'est très frustrant de se retrouver devant une assiette inconsistante :/ La solution, manger dans des restau qui font "cuisine du monde", il y a souvent bcp plus de choix végé.

      Supprimer
  2. Hiii moi ça a fait un an le premier janvier (et un an pour le végétalisme le premier mai c'est bientôt :) ) je suis contente que tu sois fière d'assumer tes choix, contente de compter parmi mes ami(e)s quelqu'un qui a les mêmes convictions que moi :) Ce qui m'agace encore un peu c'est quand mes amis qui sont omni me disent "je respecte ton choix alimentaire, respecte le mien".En tout cas, je suis le changement que je veux voir dans le monde comme tu le cite si bien ! Quand vous viendrez au Québec avec ton chum je vous emmènerai faire la tournée des magasins et resto vegan :P :P ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah le premier janvier, c'était donc ta "bonne résolution" de l'année ? :P
      Oui cette phrase "Je respecte ton choix alors RESPECTE le mien" est tellement aggaçante. Est-ce qu'ils RESPECTENT les animaux eux ? Enfin bref, il ne faut pas envenimer le dialogue sous peine de passer pour un vilain végétalien extrémiste ;)

      Ooh wiii ça donne tellement envie ! Et j'ai l'impression que tu es plutôt bien lotie de ce côté-là, rapport à tes photos (le CHEESE-CAKE omg)

      Supprimer
  3. hihihi ! OUiiii pis être cuisinière dans un resto vegan et cru ça aiiiide ! (cheesecakes every weeks haha)

    RépondreSupprimer
  4. J'AIME cet article et surtout cette phrase que je vais garder dans un coin de ma tête précieusement :
    "Tout ça pour dire, ne renoncez pas à devenir ce que vous êtes par peur du regard des autres"
    ça fait du bien!

    Bisous <3

    P.S : Oui oui tu t'es beaucoup affinée, ce ne sont pas des bêtises <3 <3

    RépondreSupprimer
  5. Je comprendrai jamais qu'on emmerde un végéta*ien, comme s'il n'y avait pas assez de raisons (et même s'il n'y en avait pas, chacun mange ce qu'il veut quand même..!)
    Par contre je comprendrai jamais qu'on me fasse la morale sur mon régime omnivore non plus ! Bons élevages, consommation raisonnée, il y a beaucoup de façon de consommer la viande avec respect on va dire ? (même si je comprends que du point de vue d'un végétarien.. hihi) Mais c'est ce qui compte pour moi, j'aime trop la nourriture en général pour couper quelque chose. Et puis, c'est dans la nature en général. Par contre on ne verra pas un loup habillé en veste de mouton, ou un singe tester ses cosmétiques sur un lapin ! Ce sont ces choses là que j'évite pour ma part. "Omnivore vegan" ça existe ?
    (J'ai du mal à saisir par contre les végéta*iens pas vegan ? Manger de la viande non mais porter du cuir oui ? Enfin, on ne peut pas se battre sur tous les fronts.)

    RépondreSupprimer

Laisser un petit mot