dimanche 11 décembre 2016

Faire attention {histoire de pleine conscience}

Je ne suis pas présente, quand je mange devant l'ordinateur en surfant sur Internet ou en déroulant mon feed Instagram

Je ne suis pas présente, quand je tiens le téléphone d'une main tandis que l'autre est occupée ailleurs, à mélanger la béchamel, pianoter sur le clavier ou boutonner un manteau

Je ne suis pas présente, quand je lis dans le tram et ne suis pas attentive à ce qu'il se passe autour de moi, enfermée dans ma bulle

Lorsque l'on me parle et que je n'écoute que d'une oreille distraite, l'esprit tourné vers un ailleurs - loin d'ici. Lorsque que je fais les choses machinalement, que je ne fais pas attention, que j'attends toujours la suite, et que je pense Vivement que, je suis tellement pressée, j'ai hâte de...

A toutes ces petites choses qui me laissent un sentiment de vide, un goût d'inachevé dans la bouche doublé d'insatisfaction, une impression de ne pas avoir assez profité de l'instant présent. Ah, la pleine conscience... J'y travaille vous savez. Un jour, dans un roman que je lisais je suis tombée sur ce dialogue entre un grand-père et sa petite-fille. Ces paroles ont résonné très fort en moi, alors je me suis empressée de les recopier dans mon carnet. Une sagesse que j'aurais voulu faire mienne, comme une maîtresse de ma vie :

"- Il y a une chose qu'on m'a apprise un jour. Cette chose-là, je voudrais te l'offrir. Elle s'appelle faire attention.
- C'est pas un cadeau, abuelo ! elle protestait en écarquillant les yeux.
- Ferme les yeux ! C'est mieux qu'un cadeau, c'est un secret de bonheur. Ecoute bien et grave ces mots dans ta mémoire : en faisant attention, on prend conscience de soi, des autres, de la vie, on devient grand et fort comme une tour imprenable. Répète après moi.
Elle répétait. Et ajoutait :
- Et comment fait-on attention ?
- En se concentrant sur tout ce que l'on fait. Sur le moindre geste. Le plus petit détail. Et alors tout prend du relief. Tout devient richesse. On se remplit, on progresse. [...]
- Qui t'a appris ça, abuelo ?
- Une femme merveilleuse. Elle s'appelait Nadia. [...]"

Muchachas 2 - Katherine PANCOL

Pourtant, à ma manière, je crois que j'ai trouvé ma façon de le vivre, ce "faire attention". Que ce soit la cuisine, ou la photographie, ces activités m'aident à canaliser ce bouillonnement qui me pousse toujours à être dans l'expectative, en me permettant d'expérimenter le Ic et Nun, le "ici et maintenant" sans penser à demain. Quand je photographie, je suis tout à ce que je fais, seul compte l'objet de mon attention : je l'observe attentivement, je tourne autour, je cherche le meilleur angle... Si seulement j'arrivais à appliquer cette méthode à tous les aspects de ma vie, je serais probablement moins anxieuse.


Et vous, l'attention, la pleine conscience... ça vous parle ?

2 commentaires :

  1. bonjour Marine,

    j'ai beaucoup aimé ce post, il résonne en moi car je fais aussi attention au moment présent.
    un peu trop d'ailleurs car au final, je ne me projette pas du tout dans le futur, ça n'existe pas, mais pour les autres c'est bizarre.
    - tu fais quoi demain soir?
    - je sais pas, je verrai, on n'y est pas
    youpi.
    bon je me mets à leur place et je fais l'effort d'accepter des choses pour plus tard, mais desfois j'oublie, parce que quand on en a parlé, c'était le passé... ça n'existe plus!!
    j'aime bien cette connexion permanente, qui passe pourtant pour une déconnexion aux yeux des autres.

    et aussi ça me fait penser à ce petit texte:

    On demanda un jour à un maître qui savait méditer,
    comment il faisait pour être si recueilli, en dépit de toutes ses occupations.
    Il répondit:

    Quand je me lève, je me lève.
    Quand je marche, je marche.
    Quand je suis assis, Je suis assis.
    Quand je mange, je mange.
    Quand je parle, je parle.

    Les gens l'interrompirent en lui disant:
    "Nous faisons de même, mais que fais-tu de plus ?"
    Quand je me lève, je me lève.
    Quand je marche, je marche.
    Quand je suis assis, je suis assis.
    Quand je mange, je mange.
    Quand je parle, je parle.

    Les gens lui dirent encore une fois:
    "C'est ce que nous faisons aussi !"
    Non, leur répondit-il.
    Quand vous êtes assis, vous vous levez déjà.
    Quand vous vous levez, vous courez déjà.
    Quand vous courez, vous êtes déjà au but...
    Présentement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens c'est marrant ce que tu me racontes, ta difficulté à voir au delà du présent.
      Il faudrait idéalement un équilibre entre les deux, savoir vivre le moment présent mais aussi pouvoir s'impliquer dans des projets (à court ou moyen terme).
      Merci pour ce petit texte, c'est tout à fait ça !
      Bonne journée :)

      Supprimer

Laisser un petit mot