samedi 29 avril 2017

Avril : des animaux fantastiques, une série adorée et du féminisme.

Le marathon des partiels est enfin terminé, et c'est le cœur plus léger (non, on ne parle PAS des résultats du premier tour...) que je reviens ici pour vous parler de mes favoris du mois d'Avril. Lors de mes pérégrinations culturelles, il m'arrive de tomber sur de vraies bonnes surprises qu'il me tarde de partager avec vous. Ainsi j'ai décidé de publier régulièrement ce type d'article, une sorte de compte-rendu de tout ce qui m'a plus récemment. Un condensé de films, séries, livres, BD, romans graphiques ou lien qui ont particulièrement attiré mon attention. On y va ?


... Vus ... 



Un film : Les animaux fantastiques

Des mois après tout le monde, j'ai enfin eu l'occasion de le regarder. J'avais lu par-ci par là des critiques d'une part élogieuses, d'autre part plus réservées et je n'en attendais rien de particulier. C'est souvent dans cet état d'esprit que je suis le plus à même d'apprécier une oeuvre : sans a priori ni préjugés, l'esprit blanc comme neige. Et finalement, j'ai beaucoup aimé. On retrouve l'univers enchanté d'Harry Potter peuplé de créatures fantastiques et de personnages aussi atypiques qu'attachants, même si c'est bien à l'univers d'Adèle Blanc-Sec qu'il m'a fait le plus penser. L'ambiance résolument rétro de ce film participe à son charme, tout comme les habits d'époque (mention spéciale pour le style de la jeune femme, qui m'a beaucoup inspirée et que je garde dans un coin de ma tête) 


Une série : Broachurch ♥

Alors que la troisième - et dernière - saison vient de s'achever et me laisse éplorée, je tenais à vous parler de cette série policière dont je suis tombée sous le charme l'année dernière. Une ambiance un brin surannée qui change agréablement des séries policières que l'on a l'habitude de voir, des paysages aussi magnifiques que mystérieux avec des falaises qui occupent la première place, un duo d'inspecteur hyper attachants (dont le séduisant Alec, joué par David Tenant, bourru au grand cœur), il ne m'en fallait pas plus pour y adhérer complètement. Le gros point fort de cette série est, je trouve, son originalité dans la réalisation.

Je n'en dis pas plus : si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille vivement de découvrir cette excellente série !



... Lus ...


Un petit livre (sous forme de BD) : Le féminisme, de Thomas Mathieu et Anne-Charlotte Husson 

Si, comme moi, vous vous intéressez au féminisme et aimeriez en apprendre davantage sur ce combat qui reste malheureusement nécessaire, ce petit bouquin très bien pensé vous plaira certainement.

Organisé en sept slogans forts et représentatifs du mouvement féministe, le livre retrace son historique en s'appuyant sur ses figures féminines emblématiques, de la précurseuse Olympe de Gouges en passant par Simone de Beauvoir, Angela Davis (héroïne de la chanson de Yannick Noah) ou Virginie Despentes. J'ai aimé le fait d'illustrer et d'expliquer le mouvement féministe au format BD, et de découvrir la significations de termes caractéristiques tels que l'intersectionnalité ou le slut-shaming.



Articles 

Wake up from the illusions : un article très long mais qui vaut la peine d'être lu (à garder dans un coin de sa tête), qui m'a mis une grosse claque et m'a fait prendre conscience de faits pas toujours réjouissants sur notre présence en ligne.

Quelques réflexions politique : l'excellent article de Célie, aka Miss Blemish, sur un sujet plus que jamais d'actualité ! C'est clair, très habilement écrit et bienveillant : j'ai adoré le lire et le relire.



Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Connaissiez-vous ces ressources ? Si non, vous ont-elles interessés ?

samedi 22 avril 2017

Cette semaine j'ai...


Eu l'impression de passer ma vie dans les trains à sauter d'un wagon à l'autre (mais c'était bien), suis passée devant des kilomètres de paysages et ai traversé la France en long avant de remonter tout au Nord. Apprécié ces quelques heures de vacuité forcée sans culpabilité, sans chercher à les combler davantage qu'en prenant et reposant à intervalles réguliers ma lecture en cours.

Pris le soleil en Corrèze et le vent en Normandie, et non le contraire - voilà qui aurait été étonnant. Visité des falaises et des jardins, appris à jouer aux échecs et à l'Awalé (c'est un petit jeu très simple et assez amusant qui vient du Togo, avec de jolies billes vertes qui poussent sur un arbre dans une longue boîte en bois qui s'ouvre en deux).

Me suis réjouie de l'arrivée de la rhubarbe sur les étals des marchés, et des petites crèmes au lait d'amande qui s'en sont suivies. J'avais beaucoup d'a priori sur la préparation de cette polygonacée, en fait c'est très simple : on coupe l'extrémité, on épluche/effile succinctement avant de couper en tronçons puis de laisser reposer une petite heure sous un doux manteau de sucre. Un peu long peut-être, mais pas compliqué. 

Donné une seconde chance à une oeuvre que je n'avais pas eu le courage de poursuivre il y a quelques années déjà, piochée dans ma bibliothèque personnelle un soir de désœuvrement. La maturité ou le recul ayant probablement fait leur oeuvre, ce roman de Camus est en fait une bonne surprise que je me plais à (re)lire. Un style austère et une écriture simple à la limite du dépouillement, des personnages qui ne laissent que très rarement transparaître leurs émotions.

Me suis préparée aux présidentiellesC'est un peu bête, mais je ne m'étais jamais trop intéressée à la politique jusqu'à cette année, laissant ça aux "autres". Trop compliqué à comprendre, à des années lumières de mes préoccupations quotidiennes... j'étais cette fille qui, lors de discussions entre amis, n'osait ouvrir la bouche de peur de dire des bêtises plus grosses qu'elle. Et puis, par la force des choses, il a bien fallu que je me familiarise avec le sujet et me renseigne sur les programmes des candidats (la force des choses étant un amoureux commentant à voix haute les programmes des candidats tout en me montrant des vidéos très bien foutues - Osons causer, pour ne pas les citer -) 

Ai gardé l’œil vissé au hublot miniature de mon appareil photo, essayant de capturer aussi souvent que possible des bribes de mon quotidien.

Retrouvez-moi également sur Instagram ou Twitter !

Et vous votre semaine ?

lundi 17 avril 2017

Paysage d'or saveur coco


Depuis deux ans maintenant -oh, je n'appellerais pas ça une tradition, tout au plus un petit rituel de début de Printemps- nous avons pris l'habitude de partir explorer les jolis coins de la région. Un jour je m'étais mis en tête de découvrir ces endroits que je ne connais finalement pas si bien, petits trésors de nature qui ne demandent qu'à être cueillis.

Alors on a pris la voiture et on a roulé jusqu'à l'extrême bout de la Terre, les kilomètres défilant sur l'asphalte comme une traînée de peinture, pour atteindre le Nez de Jobourg. Petit Fin-i-ster normand où ciel et mer se confondent en un amas aérien de bleus. Reprendre confiance et en main ce volant que je n'avais pas tenu depuis des mois, après l'appréhension reviennent les automatismes qui ne s'oublient jamais complètement.

Rouler, rouler sans s'arrêter devant des paysages venteux qui défilent sous nos yeux, quelques notes en fond sonore sur les ondes et chantonner sur un air entraînant. Que ces quelques jours au goût de vacances ne s'arrêtent jamais, que le reste soit aussi beau qu'une promenade au bord de la mer avec ceux que l'on aime, à se gorger de douceur comme des fruits mûrs.

Paysage de bout du monde au cadre vertigineux, serti de falaises parmi les plus hautes d'Europe. Ici, nous avons été éblouis par le turquoise magnétique de la mer, et les genêts dorés comme de petites pièces d'or odorantes. Le croiriez-vous, l'odeur de noix de coco qui embaumait l'air autour de nous provenait tout simplement de ces petits pétales couleur soleil ! Cette senteur nous a accompagnés tout le long de la promenade, j'en serais restée le nez enfoui dedans tellement c'était doux et sucré.

Suivez-moi le temps de quelques photos, sentez le vent dans vos cheveux et l'odeur fruité des genêts.


mardi 4 avril 2017

Mon mec est formidable (si si)


Je ne dis pas ça seulement parce que c'est le mien, et que je l'ai choisi. Mais force est de constater que c'est un amour.

Un soir que je lui demandais ce qu'il voulait boire, et lui ayant déclaré que je me préparais une tisane d'orties, il me répond "the same as you, girl" (oui parce qu'il parle anglais des fois)(il était en train de regarder The Walking Dead en V.O, ceci explique sûrement cela).

Je lui ai demandé si j'avais bien entendu, pour être sûre, et il a confirmé. UNE TISANE D'ORTIES. C'est là que je me suis rendue compte que, décidément, cet homme était une perle.

Il fait plein de trucs formidables, comme penser à racheter du beurre de cacahuète quand je n'y pense pas (c'est vachement important) ou bien me demander chaque soir si j'ai passé une bonne journée. En plus, il me garde toujours les pelures d'oignons que j'accumule méthodiquement pour une future teinture de linge végétale. Mais aussi :

Il n'est pas végétarien, ni même végétalien, mais prend toujours ma défense lors des discussions houleuses avec nos amis. Il ne boit plus de lait, et a même déclaré qu'il ne mangerait plus de viande au restau U (oui bon, sauf dans les pizzas et les burgers il a dit. On ne peut pas tout avoir)

Il aime faire les courses au magasin bio, et ne rigole même pas lorsque je sors mes petits sacs en toile pour faire mes achats. Ni quand je lui fait part de mes idées loufoques-écolo-utopistes pour rendre le monde plus beau, avec une candeur exaltée qui me fait faire de grands gestes et accélérer le débit, moi la pas-très-expansive.

Il goûte toujours mes petits plats avec enthousiasme et sans a priori, comme si rien ne pouvait être plus délicieux. Même ceux avec tout plein d'ingrédients étranges dedans aux noms exotiques, même quand le résultat n'est pas à vraiment à la hauteur (c'est de plus en plus rare, heureusement). De ce fait, le miso, gomasio et protéines de soja texturées n'ont presque plus aucuns secrets pour lui. En homme délicat et plein de tact, il ne me dit jamais que c'est immangeable et trouve toujours les mots.

Il se prête de bonne grâce au jeu du mannequin et ne proteste presque pas lorsque je le mitraille sous tous les angles avec mon appareil photo, ou lui demande de reprendre la pose en avançant un peu sur la droite, non là c'était mieux, arrête de bouger s'il-te-plaît.

Enfin, il est remarquablement attentionné, incroyablement patient, romantique à souhait et féministe sur les bords ♥